Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 14:12

Article publié le 01 février 2010
par CLAUDE MOREAU de Zone-Turf.fr

Après l'arrivée surprise de cette 89ème édition du Prix d'Amérique 2010 marquée par l'incroyable victoire d'Oyonnax, il est temps d'analyser après coup les raisons de l'échec des favoris. A commencer par la jeune génération des R, à savoir Rolling d'Héripré et Ready Cash.


Rarement un Prix d'Amérique n'aura autant déjoué les pronostics avec deux chevaux (Oyonnax et Quaker Jet) à plus de 100/1 aux deux premières places! On attendait Meaulnes du Corta pour un doublé en guise d'apothéose pour sa fin de carrière. Hélas, le partenaire de Pierre Levesque n'avait plus ses jambes d'antan! Qu'importe, le Grand Meaulnes a eu du mérite. Il aura pris crânement sa chance à un peu plus de 1 000 mètres du but. Il ne lui aura manqué que 200 mètres pour atteindre le Graal! Principal animateur de la course, il conservera malgré tout une encourageante troisième place qui vaut bien des victoires.

Et les 5 ans !

Que dire en revanche de la jeune génération des 5 ans qui fanfaronnait avant le départ. Ready Cash marchait plutôt bien dans le parcours sur les traces de Rolling d'Héripré quand, suite à un ralentissement en plaine, il s'est montré fautif avant de subir les foudres de la disqualification. C'est dommage car il a plutôt tracé une fin de course prometteuse. Il n'empêche, deux disqualifications (Prix d'Amérique et Critérium Continental) en trois courses, cela commence à faire beaucoup pour un cheval de cette trempe. Rolling d'Héripré, pas très bien parti, a dû fournir un effort pour se replacer en bonne position. Longtemps en épaisseur de Meaulnes du Corta, il l'a payé cher pour finir, se montrant fautif dans la dernière ligne droite. Il n'a pas eu un parcours à sa mesure et "JMB", son pilote, reconnaissait qu'il aurait dû jouer davantage les attentistes en prenant le dos de Quaker Jet. Mais après coup, il est toujours plus simple d'analyser la situation. Et pourtant ces deux jeunes loups aux dents longues étaient pilotés par deux as en la matière, à savoir Jean-Michel Bazire et Jos Verbeeck. Difficile de trouver mieux dans le genre! Quant à Return Money, le dernier 5 ans, qui ne se faisait guère d'illusions avant le départ, elle a fait ce qu'elle pouvait mais sa tâche était vraiment délicate dans ce genre d'épreuve. Pour mémoire, rappelons que seulement quatorze 5 ans sont parvenus jusqu'à présent à s'imposer dans le Prix d'Amérique depuis sa création en 1920. Même les grands Varenne et Jag de Bellouet ont échoué à cet âge-là. Le dernier "petit jeune" à avoir inscrit son nom au palmarès n'est autre qu'Offshore Dream, vainqueur en 2007. C'est tout dire!

Les autres déceptions !

Au chapitre des autres déconvenues, on peut évoquer aussi le cas de Quarla, la petite préférée de Franck Nivard dans cette course. Déjà mal à l'aise au canter, elle est partie très moyennement. On l'a souvent vue après dans l'arrière-garde du peloton. Le fait de l'avoir déferrée des quatre pieds ne semble pas avoir été une réussite. Que dire en fin de Paris-Haufor dont la cote a baissé sensiblement à l'approche du départ pour se bloquer aux alentours de 20/1. Le cheval de Christian Bigeon, si fringant dans le Prix de Belgique, a lui aussi connu un mauvais parcours. En épaisseur, durant un bon moment, sa mission s'est vite révélée impossible. Le plus dur, on le voit pour tous ces ténors d'un jour est de confirmer le jour J à l'heure H dans l'épreuve reine. C'est toute la différence entre de très bons chevaux et de super champions. Tous ces battus d'un jour devront patienter encore un an avant de remettre les pendules à l'heure. Espérons qu'ils auront beaucoup appris de leur échec!

Repost 0
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 14:04

Article publié le 02 février 2010
par ALEXANDRE JEZIORSKI de Zone-Turf.fr

Pierre Vercruysse drivait Quaker Jet dans le Prix d'Amérique-Marionnaud. Le duo a pris une superbe deuxième place derrière le surprenant Oyonnax, vainqueur à 172/1. Notre consultant revient sur cette performance et donne ses impressions sur cette 89ème édition.


48 heures après la course, que ressentez-vous ?


Le sentiment du devoir accompli. Terminer deuxième dans ce Prix d'Amérique est déjà très bien car quelques jours auparavant, je ne pensais même pas être au départ. Jean-Etienne (Dubois) m'a fait un très beau cadeau, Quaker Jet étant dans une superbe condition physique. J'ai failli lui rendre ce cadeau...


A quelques mètres près vous auriez pu être le gagnant de ce Prix d'Amérique. Avez-vous des regrets ?


Honnêtement après le passage du poteau, j'étais un peu déçu. Etre battu d'aussi peu par un cheval que vous connaissez bien qui plus est, c'est frustrant. En plus, j'avais déjà perdu un Prix d'Amérique de la même façon en 1998 avec Echo. Dans tous les sports, seule la victoire compte. Mais j'ai revu la course et je ne regrette rien. Le vainqueur a eu un très bon parcours dans mon dos. Sébastien (Ernault) m'a suivi et n'a fait que 200 mètres, c'est bien joué.

Pensez-vous que les positions auraient été inversées si vous aviez eu le dos d'Oyonnax ?


On ne peut jamais savoir. Je me suis évertué à bien partir et toujours avoir un parcours caché. Je n'ai pas fait d'efforts. Oyonnax en a fait encore moins. Nous avons eu un parcours en or tous les deux et le meilleur à gagner. C'est simple !


Que pensez-vous de la performance de Meaulnes du Corta ?


Il a très bien couru. Lorsqu'ils nous a dépassé pour prendre la tête et la corde, il volait... Il déployait de belles battues, étant très souple. Mais le premier kilomètre a été bouclé très rapidement en moins de 1'12. Puis, Pierre (Levesque) a calmé le jeu. Malgré cela, je sentais que nous allions mieux que lui à l'entrée de la ligne droite. Il n'a pu repartir. Je crois qu'il lui manquait d'un vrai parcours. Cela dit, il court très bien.


Le podium était beau, composé de trois amis...


C'est vrai que Pierre et moi sommes amis depuis de longues années. Quant à Sébastien, je le co,nnais depuis qu'il a fait ses classes chez Pierre. C'est un driver très doué, patient et froid. En tant qu'homme, il est tout aussi agréable. J'étais content de faire partie de ce podium.


Le Prix d'Amérique 2010 restera-t-il un bon souvenir ?


Bien sûr ! Il faut rester positif dans la vie. La performance réalisée est très bonne. Je suis très content.

Repost 0
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 13:57

Article publié le 31 janvier 2010
par CLAUDE MOREAU de Zone-Turf.fr


Oyonnax a remporté le Prix d'Amérique à la surprise générale à la cote astronomique de 173/1, devant un autre gros outsider, Quaker Jet (108/1). Du jamais vu! C'est la surprise du chef de cette incroyable 89ème édition. Meaulnes du Corta, le grand favori, a dû se contenter de la troisième place après avoir fait illusion un instant. Quelle course!


Comme cela devient désormais une habitude, un public nombreux (près de 40 000 spectateurs) faisait la ola juste avant le départ de cette course de légende. On craignait qu'un faux départ fausse l'épreuve, mais heureusement il a juste été repris. Oasis Gédé prenait les devants, suivie comme son ombre par Nouba du Saptel et Olga du Biwetz. Cela se passait mal pour Orlando Sport et Première Steed qui étaient vite disqualifiés. Après une petite hésitation de Meaulnes du Corta le cheval de Pierre Levesque se remettait en action. Entre temps, c'est Olga du Biwetz qui s'était emparée de la tête devant Nouba du Saptel, toujours bien placée, Ghiaccio Del Nord, pointant alors en troisième position. Paris Haufor, en troisième épaisseur, subissait les mêmes malheurs que l'an passé.

Le finish décoiffant d'Oyonnax

Alors que Ready Cash se mettait au galop sans crier gare en plaine, Meaulnes du Corta pointait enfin en tête à 1 300 mètres de l'arrivée devant Olga du Biwetz, toujours là et Rolling d'Héripré, nez au vent. A l'entrée du tournant final, le favori, tête et corde, semblait bien parti pour la gloire. Mais le pensionnaire de Pierre Levesque, qui avait déjà beaucoup donné dans cette course, commençait à piocher. Rolling d'Héripré, se montrait fautif et Olga du Biwetz rentrait dans le rang. Ce qui faisait les affaires de Quaker Jet qui venait en pleine piste comme un gagnant. Le fils de Love You et son pilote Pierre Vercruysse pensaient avoir course gagnée quand Oyonnax arrivait comme un bolide de l'extérieur pour surprendre tout son monde et l'enlever d'une demi-longueur. Le deuxième du Prix du Bourbonnais, le 12 décembre dernier, et malheureux septième du récent Prix de Cornulier le week-end dernier, prenait là une éclatante revanche. Son driver Sébastien Ernault (âgé de 32 ans) pouvait laisser éclater sa joie. Il venait de remporter là son premier d'Amérique et qui plus est à la cote faramineuse de 173/1.

Pierre Vercruysse encore deuxième !

Le malheureux Pierre Vercruysse, appelé en dernière minute par Jean-Etienne Dubois, devait encore se contenter de la deuxième place avec Quaker Jet devant Meaulnes du Corta, courageux en diable pour conserver le deuxième accessit devant Nouba du Saptel, toujours bien placée dans cette course. Pour mémoire, Russel November prenait une encourageante cinquième place dans cette course hyper ouverte où les favoris ont vraiment déçu, à commencer par la jeune génération des Rolling d'Héripré et Ready Cash. Un peu à l'image du Prix de Cornulier le week-end dernier d'ailleurs. Comme quoi l'expérience prime souvent sur la jeunesse dans ce genre de courses.

Repost 0
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 13:50

Article publié le 31 janvier 2010
par OLIVIER GALANT de Zone-Turf.fr

Le Prix d'Amérique 2010 a rendu son verdict ! Oyonnax a remporté, à la surprise générale, la plus belle épreuve du monde de trot attelé. Son driver, Sébastien Ernault, travailleur dans l'ombre de Pierre Levesque pendant de nombreuses années et entraineur depuis mai 2007, a su lui donner un parcours sur mesure pour enlever la palme et son premier succès cette année. Chapeau bas !

 

L'élève domine le maitre

Âgé de 32 ans, Sébastien Ernault est depuis bien longtemps connu et apprécié des professionnels et des turfistes français. Titulaire de 543 victoires depuis le début de sa carrière, celui qui a fait ses classes chez André Le Courtois avant d'entrer au service de Pierre Levesque a toujours impressionné par son sang froid et son efficacité en course. A voir la manière dont il a construit sa magnifique victoire, nul doute que l'élève a bien appris les leçons du maître.


Né le 30 janvier 1978, il s'est offert un bien joli cadeau d'anniversaire en remportant le 89ème Prix d'Amérique, pour sa première participation. Après avoir été le bras droit de Pierre Levesque pendant de nombreuses années, cet homme discret mais ô combien efficace a pris la lourde décision de se mettre à son compte en mai 2007 avec une réussite quasi immédiate. En effet, au côté de Pierre Levesque, il enchainait les succès et avait l'entière confiance de la maison. Il a donné une suite logique à sa carrière afin de mettre en avant tout son savoir-faire.

Toutefois, c'est en qualité de driver qu'il s'est mis en évidence dans la prestigieuse épreuve. Associé depuis un certain temps au champion de Vincent Brazon, il a fait preuve, comme à son habitude, d'un grand sang froid pour prendre le bon wagon et venir s'imposer sur le poteau en devançant, notamment, son maître d'aprentissage au sulky de Meaulnes du Corta. L'entraineur du gagnant a su faire le bon choix en appelant un homme de grand talent qui fait son petit bonhomme de chemin sans faire de bruit, comme à son habitude.

Repost 0
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 13:41

Article publié le 31 janvier 2010
par Alexandre LABADIE de Zone-Turf.fr


Dimanche 26 janvier 1997. L'oeil bienveillant, Vincent Brazon s'occupe des derniers préparatifs avant l'entrée en piste de son "chouchou" Abo Volo. Quelques minutes plus tard, le champion de la famille Viel s'impose face à Capitole et Défi d'Aunou, permettant à Jos Verbeeck d'enlever alors son deuxième Prix d'Amérique. Le grand Coktail Jet doit se contenter de la septième place. Fou de joie, Vincent Brazon, lad du lauréat, s'imaginait-il alors que treize années plus tard, un de ses pensionnaires s'imposerait dans le championnat du monde des trotteurs ? Pas si sûr...


Il faut avoir du cran pour savoir prendre un nouveau départ dans la vie. Vincent Brazon a pris son destin en main, décidant de s'installer à son compte. Comme souvent dans ce cas, le quotidien fut fait de coups durs et galères en tous genres. La vie n'est pas un long fleuve tranquille... Mais l'homme, basé à Hérouvillette dans le Calvados, a du caractère. Et a su s'accrocher. Et vint enfin le jour où un poulain illumina son quotidien :
"J'ai tout de suite repéré le potentiel d'Oyonnax. Lorsque je l'ai travaillé à 3 ans, j'ai dit à son propriétaire "Vous avez un cheval pour courir le Prix d'Amérique"".

Le professionnel prit alors soin de ne présenter son pensionnaire qu'à bon escient. Le fils d'In Love With You se révéla au grand public lors du meeting estival de Cabourg en 2007. Jouant à domicile, Oyonnax se classait notamment deuxième du Grand Prix derrière une certaine... Olga du Biwetz ! Un an plus tard, il enlevait le réputé Prix Fandango sous la selle, avant de réussir un superbe meeting d'hiver à Vincennes, gagnant le Prix Yvonnick Bodin avant de finir 3e du Prix de Cornulier (Groupe I) ! Une véritable consécration pour le professionnel. Dès lors, Vincent Brazon n'eut plus qu'un objectif, une obsession : revenir dans le Cornulier en 2010 pour le gagner !


Hélas... Le cheval, extra au heat d'échauffement et encore en tête à l'entrée du tournant final, cédait complètement pour finir et se classait septième. Un véritable coup de poignard pour l'entraîneur. A la déception succède l'incompréhension. Les analyses du cheval se révèlent excellentes le lendemain. Vincent Brazon décide alors de maintenir son pensionnaire au départ du 89e Prix d'Amérique. Pour se rassurer. Mais aussi avec une grande confiance en son champion, comme il n'a pas hésité à le confier avant la course. Et bien lui en a pris... Après avoir attendu son heure sur une troisième ligne, dans une épreuve sans concessions, Oyonnax a trouvé l'ouverture à l'entrée de ligne droite et il a fini le plus fort pour s'imposer tout en dehors à la cote de 172/1 !


"Nous nous sommes reconstruits ensemble, tous les deux"


Un moment historique. Et fort en émotion pour son mentor, qui peinait visiblement à réaliser ce qui venait de se produire : "C'est un cheval d'exception, c'est un grand crack. Je ne réalise pas ! A l'âge de 3 ans, je croyais déjà en Oyonnax. Pour le Cornulier, il se présentait à 200 % de ses moyens, je n'avais jamais vu mon cheval comme cela ! Il a été malheureux tout l'hiver, ayant connu des parcours délicats. Lorsque Oyonnax est arrivé chez moi, il était psychologiquement très éprouvé. J'étais comme lui à cette époque. Nous nous sommes reconstruits ensemble, tous les deux." Croire en ses rêves, ne pas se décourager après les coups durs et les échecs... Le tandem nous a offert une belle leçon de vie ce dimanche 31 janvier. Et si Vincent Brazon sait qu'il doit beaucoup à son champion, la réciproque est également vraie.


Repost 0
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 13:28
Article publié le 31 janvier 2010
par ARSENE ABITBOL de Zone-Turf.fr

Nous attendions ce grand moment depuis un an maintenant. Le 89ème Prix d'Amérique Marionnaud s'annonçait somptueux. Il l'a été, car cette édition 2010 réunissait un plateau d'exception, relevé comme jamais. Les jeunes loups contre leurs aînés, aguerris aux durs combats... mais ceux-ci en ont peut-être trop fait en début de parcours. Venu en pleine piste, Oyonnax a brillé de mille feux dans la plus prestigieuse épreuve du monde devant Quaker Jet et Meaulnes du Corta, qui n'a rien à se reprocher à 10 ans. Émus, heureux ou déçus, les drivers et les entraîneurs de l'épreuve ont livré leurs impressions en rentrant aux écuries.

"Un rêve de gosse"
Sébastien Ernault, driver de Oyonnax (1er) :

"J'ai beaucoup de mal à réaliser. Il va falloir du temps ... C'est un rêve de gosse. C'est l'aboutissement de la carrière d'un driver et aujourd'hui le rêve se réalise. Je me suis retrouvé en bon rang sans forcer jusqu'à l'entrée de la ligne droite et à 200 mètres du poteau, j'ai commencé à y croire sérieusement. J'ai du mal à me rendre compte... "

"Je n'arrive pas à trouver les mots"
Manuel Ahres, propriétaire de Oyonnax (1er) :

"Pardonnez-moi, j'ai du mal à parler. Nous avons connu un douloureux Prix du Cornulier, la déception était très vive. Avant la course, nous espérions plutôt nous placer dans les 5 premiers. Nous avons affronté des champions de la trempe de Ready Cash, Rolling d'Héripré, Meaulnes du Corta, Quarla et j'en passe et battre ces chevaux-là... J'ai une pensée particulière pour mes parents qui étaient fous de chevaux (N.D.L.R. Au bord des larmes)... Je n'arrive pas à trouver les mots pour exprimer cela. "

Pierre Vercruysse, driver de Quaker Jet (2ème) :

"Mon cheval a tout donné. C'est la loi du sport. J'y ai cru à l'entrée de la ligne droite mais aux courses, nous n'avons jamais gagné avant le passage du disque final. Avant la course, nous aurions signé pour cette deuxième place. Le cheval a été parfaitement préparé par Jean-Etienne Dubois. Cela se passera mieux le prochain coup."

Jean-Étienne Dubois, entraineur-propriétaire de Quaker Jet (2ème) :

"Avant le coup, j'aurais tout de suite dit oui pour la deuxième place mais il est vrai que se faire toiser dans les 20 derniers mètres, c'est dommage. Pierre (Vercruysse) lui a donné une course superbe. Nous sommes battus à la régulière."

Pierre Levesque , entraineur-driver de Meaulnes du Corta (3ème) :

"J'ai pu prendre la tête de la course et j'ai voulu faire la différence dans le tournant final. Meaulnes s'est donné au maximum et il court de très belle manière. Il n'a rien à se reprocher, je suis très content de lui "

Jean-Pierre Barjon , propriétaire du favori Meaulnes du Corta (3ème) :

"Je ressens un profond respect pour le gagnant. Nous n'avons rien à nous reprocher. Je ne suis pas du tout malheureux, et suis ravi de sa performance. Encore une fois, je souhaite renouveler mes félicitations aux lauréats. Mais ce n'est pas fini ! Dans 15 jours nous allons retenter notre chance (N.D.L.R. : Prix de France - Gr I)."

Claude Campain, mentor de Quarla (14ème) :

"Franck (Nivard) m'a confié que la jument n'était pas bien d'allures. Elle a cherché à lui faire la faute durant tout le parcours. Nous lui avons enlevé les 4 fers et la seule explication qui me vient à l'esprit, c'est une sensibilité de ses pieds. Je suppose que cela peut être la raison de sa contre performance. C'est très dommage, car il s'agit de sa seule fausse course du meeting... Ceci dit, nous reviendrons l'an prochain."

Fabrice Souloy, mentor de Rolling d'Héripré (np) :

"Jean-Michel (Bazire) s'est porté parmi les premiers assez tôt, ce qui est logique puisqu'il avait une première chance mais la course a été si sélective lors de 1 500 premiers mètres.... Rolling a évolué en tête mais s'est fait contrer puis il s'est retrouvé nez au vent en 2ème puis 3ème épaisseur. C'est normal qu'il ne fasse pas l'arrivée dans ces conditions, ce sont les courses..."

Jean-Michel Bazire, partenaire de Rolling d'Héripré (np) :

"Les circonstances de courses nous ont été très défavorables. Nouba et Olga se sont fait la guerre et nous dévalions la descente sur le pied de 1'09". En plaine, nous roulions sur le pied de 1'11"5... Il ne fallait pas se trouver là... J'allais encore relativement bien à l'intersection des pistes puis j'ai voulu prendre le dos de Meaulnes, mais la course de Rolling était terminée, les carottes étaient cuites."

Christophe Martens, driver de Olga du Biwetz (8ème) :

"Je n'ai pas de regrets car même si elle n'a pas eu le meilleur des parcours, il ne s'agit plus de la même Olga que l'an dernier."

Repost 0
30 janvier 2010 6 30 /01 /janvier /2010 14:29
Article publié le 30 janvier 2010
par ALEXANDRE JEZIORSKI de Zone-Turf.fr

Pierre Vercruysse sera au départ du Prix d'Amérique-Marionnaud, le 31 janvier. Le célèbre professionnel drivera Quaker Jet, un cheval entraîné par son ami Jean-Étienne Dubois. Outre ses qualités de driver, Pierre Vercruysse sait parfaitement juger ses adversaires. Pour Zone-turf.fr, il a analysé les chances des 18 participants. Sans langue de bois...

1 - Quaker Jet

"Jean-Étienne me fait le cadeau de le driver. C'est une belle surprise. Le cheval a bien travaillé et va arriver frais pour ce grand rendez-vous. Sa fin de parcours dans le Prix Ténor de Baune a été excellente. Le facteur forme est très important. Je ne serais pas étonné s'il termine dans le Quinté Plus. J'y crois et nous aurons moins de pression que certains."

2 - Oasis Gédé

"Les statistiques plaident souvent en faveur des gagnants ou des placés de Clôture du GNT. Elle arrive en forme ayant pris une belle deuxième place dans le Prix de Belgique. Elle sait partir vite et Tony Le Beller va ensuite attendre. A l'issue d'un parcours caché, je suis certain qu'elle peut prétendre à un accessit."

3 - Paris Haufor

"Sa victoire dans le Prix de Belgique a été éblouissante mais elle est en trompe-l'oeil. En effet, c'était sa course et il aurait été ridicule de lutter derrière lui. Paris Haufor a couru à fond, les autres, non. Il s'élance souvent lentement et a besoin d'être à la corde pour bien négocier les virages. Cependant, il est dur et en forme. Pourquoi pas pour une place."

4 - Rolling d'Héripré

"C'est l'opposition direct au favori. Il est en forme ascendante, possède encore de la fraîcheur et sera drivé par Jean-Michel Bazire, toujours "réveillé" dans ce genre de courses. Son finish et sa maniabilité vont l'aider. Le seul point négatif est qu'il déboule moins vite que certains de ses adversaires. Mais cela devrait aller..."

5 - Quarla

"Elle a réalisé de superbes courses préparatoires. La dernière fois, Franck Nivard ne lui a pas demandé l'impossible étant sage. Elle démarre bien et le fait qu'elle n'est qu'un train ne sera pas un handicap car un Prix d'Amérique se déroule toujours de la même manière, à fond, à fond et encore à fond... (rires). J'ai juste peur qu'elle soit un peu défraîchie. Mais, chance régulière."

6 - Oyonnax

"Il a mal couru dans le Prix de Cornulier. En huit jours, il est impossible de reprendre de la fraîcheur. C'est mission impossible ici."

7 - Return Money

"Ses propriétaires se font plaisir. Pas de chance !"

8 - Orlando Sport

"Il a participé à toutes les épreuves préparatoires et a souvent donné le maximum. Je pense qu'il est passé de forme. En plus, s'il démarre vite, il ne finira pas. Je crois qu'il est barré même pour les places"

9 - Perlando

"C'est un cheval brave doté d'une excellente pointe de vitesse finale. Le Prix d'Amérique se disputerait à Enghien, il aurait une chance très sérieuse. Là, cela me semble compliqué même s'il fera le maximum.

10 - Ghiaccio del Nord

"Troisième du Prix de Belgique mais sa fin de course ne m'a pas emballé. Je ne lui vois aucune chance même avec un parcours de rêve."

11 - Première Steed

"Fabrice Souloy avait décidé de l'orienter directement sur le Prix de France ce qui était une bonne initiative mais ses propriétaires voulaient absolument courir... A mon avis, c'est une erreur"

12 - Ready Cash

"Sur la classe de Ready Cash et le professionnalisme de Philippe Allaire, il est normal de lui voir une première chance. Son entraîneur a réalisé un travail extraordinaire avec lui, le préparant de façon optimale. Il sera déferré pour la première fois et drivé par Jos Verbeeck, un atout de plus. Néanmoins, j'émets une réserve car il a déjà eu des combats difficiles. En plus, il n'a pas de références contre les vieux. Vert quand même..."

13 - Russel November

"Ce n'était pas si mal dans le Prix de Belgique. Il a bien fini et n'est pas usé avant cette course. Il est stationné à Grosbois depuis quelques semaines, ce qui lui a fait du bien. S'il rase les murs, c'est un cinquième possible."

14 - Nouba du Saptel

"Pascal Geslin affirme qu'elle est en meilleure condition que l'an dernier. Je veux bien le croire mais je n'ai rien vu de très probant cet hiver. Elle n'a plus sa fameuse pointe de vitesse de 700 mètres. Elle devra bénéficier d'un parcours sur mesure si elle veut figurer."

15 - Olga du Biwetz

"Je vais vous paraître très dur mais je mets un rouge car je la crois défraîchie. Elle a beaucoup couru cet été. Son début d'hiver a été très bon mais à chaque fois, elle a livré de vrais combats, surtout dans le Prix de Bourgogne. JMB ne l'a pas choisie. Un signe de plus..."

16 - One du Rib

"Il est impossible désormais de réaliser le doublé Cornulier-Amérique. Depuis Jag de Bellouet, aucun cheval n'a pu le faire. One du Rib a été préparé pour la course de la semaine passée. Il a accompli sa mission. Bravo à Joël Hallais."

17 - Opal Viking

"Il n'a plus aucune marge. A 10 ans, il n'est plus aussi performant. Battu par des concurrents de seconde zone en Italie. Je ne le vois pas."

18 - Meaulnes du Corta

"C'est le cheval de la course. Il a tout montré dans le Prix de Belgique. Pierre Levesque a démarré, repris et finit. Il a tracé une fin de course superbe étant bien souple et délié. Il n'a connu aucun problème dans sa préparation. Seuls les aléas de course ou les faux-départs pourraient le battre. C'est la première chance de ce Prix d'Amérique !"

LE PRONO DE PIERRE VERCRUYSSE

18 Meaulnes du Corta

4 Rolling d'Héripré

1 Quaker Jet

5 Quarla

12 Ready Cash

3 Paris Haufor

13 Russel November

2 Oasis Gédé

Repost 0
30 janvier 2010 6 30 /01 /janvier /2010 14:24

Publié le 30 janvier 2020
Par CLAUDE MOREAU de Zone-Turf.fr


Il ne reste que 2 jours avant le Prix d'Amérique-Marionnaud et Zone Turf vous propose le portrait de Première Steed, l'un des multiples outsiders du prochain championnat du monde des trotteurs. Elle affrontera les meilleurs dans ce Classique doté de 1 million d'euros. Tous rêvent d'être sacrés et de succéder ainsi à Meaulnes du Corta. Troisième surprise du Prix de Cornulier dimanche, cette jument drivée par Éric Raffin devrait courir pour le plaisir avant de se réserver pour le Prix de France.

Première Steed 1'10''

Femelle de 7 ans par Workaholic et Goulette Steed

Entraineur : Fabrice Souloy

Propriétaire : Ecurie AB Trot

54 courses ; 17 victoires

Gains : 1 046 672 euros

Musique : 3a 3a (09) 9m 5a 0a Da 3a 3a 1a 1a 1a

Première Steed tient la forme !

En ce début d'année 2010, Première Steed semble tenir la grande forme. Après sa troisième place le 3 janvier dans le Prix de Bourgogne sur 2100 mètres à Vincennes, elle a terminé au même rang trois semaines plus tard dans une discipline où l'on ne l'attendait pas vraiment. Sous la selle et qui plus est dans le Prix de Cornulier avec les ténors de la spécialité sur 2700 mètres cette fois. Au point que Fabrice Souloy, son entraîneur et l'entourage de l'Ecurie AB aient décidé tardivement de l'aligner ce dimanche dans le championnat du monde des trotteurs. Une belle récompense pour cette jument de sept ans, auréolée d'un palmarès flatteur avec pas moins de 17 victoires en 54 courses!

Les premiers pas en compétition de cette fille de Workaholic remontent à 2006 où elle remporte quatre victoires en huit courses grâce à la drive de Monsieur Plus, Jean-Michel Bazire. L'année suivante est aussi prometteuse avec quatre autres succès au compteur et une méritoire troisième place dans le Critérium Continental, un Groupe I, au sulky cette fois de Franck Nivard. Elle franchit un premier palier lors de l'année 2008 avec des premières places dans de multiples Groupes II à Vincennes, dont le Prix Jockey le 20 août sur 2700m et le Prix Marcel Laurent le 24 novembre sur 2100m.


Troisième en début 2009 de l'important Prix Ténor de Baune, un Groupe II disputé sur 2700m avec Christian Martens comme pilote, elle participe dans la foulée à son premier Prix d'Amérique où elle terminera non placée! Qu'importe le métier rentre pour cette pensionnaire de Fabrice Souloy qui va aligner durant l'été suivant trois succès consécutifs sous la poigne de Jean-Michel Bazire avec lequel elle s'entend décidément bien : le Prix René Ballière, le Prix Washington et le Mikkeli Saint-Michel Ajo, trois épreuves de vitesse courues respectivement sur 2100m et 1609m. Des distances courtes que Première Steed semble particulièrement apprécier. La fin de l'année sera plus éprouvante pour la jument disqualifiée dans le Prix d'Eté, non placée du Prix de Bretagne mais quand même 5ème du Prix du Bourbonnais avec Éric Raffin aux commandes. C'est ce dernier justement qui drivera dimanche la fille de Workaholic. Un bonheur pour Eric : "C'est déjà une victoire pour Première Steed et moi de participer à une telle épreuve. Le reste, ce ne sera que du bonus"

Le Prix de France en vue!

On s'en doute en effet car avec la présence de Meaulnes du Corta, de Ready Cash, de Rolling d'Heripré et d'Olga du Biwetz (deux autres pensionnaires de Fabrice Souloy), de Nouba du Saptel et Paris Haufor, les places seront très chères à prendre sur le podium. Il sera intéressant de suivre la performance de Première Steed qui, à n'en pas douter, sera plus à son affaire dans le Prix de France.

Repost 0
30 janvier 2010 6 30 /01 /janvier /2010 14:00

Prix Amerique 2010: analyse

Repost 0
29 janvier 2010 5 29 /01 /janvier /2010 13:52

Article publié le 29 janvier 2010
par ALEXANDRE JEZIORSKI de Zone-Turf.fr

C'est le moment tant attendu ! Après des semaines d'incertitude, de doute et de spéculations, le vainqueur du Prix d'Amérique-Marionnaud va enfin être connu. La liste des participants à fière allure et Meaulnes du Corta semble prêt à défendre son titre. Mais ses challengers, surtout les plus jeunes feront tout pour prendre sa place sur le trône. Revue d'effectifs des principaux protagonistes.


A tout seigneur, tout honneur ! Meaulnes du Corta devrait être le favori de ce 89ème Prix d'Amérique-Marionnaud. Préparé soigneusement par Pierre Levesque, le fils de Voici du Niel est monté en puissance au fil des courses. Plaisant dans le Prix de Bretagne et le Prix du Bourbonnais, il a ensuite terminé dans une séduisante action à la deuxième place du Prix de Bourgogne. Sa fin de parcours dans le Prix de Belgique n'est pas passée inaperçue et son entraîneur le trouve dans une condition physique optimale. A 10 ans, il n'a peut être jamais paru aussi fort. Le professionnel normand a même décidé de ne pas courir avec Qwerty pour être associé à son champion. Un signe de confiance supplémentaire. Il sera sur la majorité des tickets des turfistes.

Deux jeunes ambitieux

Rolling d'Héripré et Ready Cash sont inséparables. Depuis leurs plus jeunes âges, les deux chevaux de 5 ans s'affrontent. Longtemps l'avantage a tourné en faveur du second nommé. Le pensionnaire de Philippe Allaire a aligné les victoires, Fabrice Souloy se contentant souvent des places d'honneur. Mais en 2009, léger changement. Après un Prix de Sélection remporté grâce au talent de Jean-Michel Bazire, le fils de Dahir du Prélong a confirmé épinglant avec brio le Critérium des 4 ans. Rolling d'héripré a ensuite dominé Reday Cash dans le Critérium Continental, ce dernier étant mis hors course. Le Prix de Croix, répétition générale a réaffirmé cette tendance, "Rolling" domptant "Ready" à la régulière. Mais Philippe Allaire n'a pas dit son dernier mot. Le fils d'Indy de Vive sera déferré des quatre pieds et confié à Jos Verbeeck, le diable belge aux quatre Prix d'Amérique. Il y aura un match dans le match entre ces deux "jeunots" mais faudra pas que leurs drivers se focalisent sur ce duel. 16 autres adversaires seront à battre. Et pas des moindres...

Les outsiders

Olga du Biwetz a réalisé une superbe saison estivale et ses parcours du début de meeting ont été plus que rassurants. Sa victoire dans le Prix de Bourgogne a fait naître les plus hautes ambitions au sein de son entourage. Malgré tout, sa fin de parcours dans le Prix de Belgique l'a montrée moins dynamique. Petite baisse de régime ? Jean-Michel Bazire a choisi de driver Rolling d'Héripré, l'autre atout de Fabrice Souloy. Mais condamner la fille de Cézio Josselyn serait sans doute une erreur. Si elle peut bénéficier d'un bon parcours, celle qui sera associée à Christophe Martens, pourrait se placer à l'arrivée, voire mieux...


Quarla a été l'une des révélations de l'année. Au sommet de son art dans sa génération, la femelle du Comte de Montesson s'est même distinguée en prenant la deuxième place du Prix de Normandie au trot monté. Depuis, la fille d'Extrême Dream a franchi plusieurs paliers au point de remporter le Prix du Bourbonnais. Sa dureté sera son principal atout. En revanche, son manque de changement de vitesse pourrait l'handicaper. Reste que confiée à Franck Nivard et auteur d'une performance intéressante dans le Prix de Belgique (4ème sans forcer), elle s'annonce redoutable.


Plus délaissée cette année par la presse, Nouba du Saptel n'en garde pas moins une bonne chance dans cette édition 2010. Préparée au calme, loin de Grosbois, par Pascal-André Geslin, la jument a tracé de belles lignes droites dans les épreuves préparatoires. Deuxième l'an passé avec Yves Dreux, il n'est pas impossible qu'elle réussisse la même prestation. Il faudra s'en méfier.


Enfin, reste l'X Paris Haufor. Étincelant dans le Prix de Belgique, il détient assurément une première chance sur cette performance. Mais comment juger cette victoire ? Ce jour-là, ses adversaires ont joué la deuxième place. Ce ne sera pas le cas ici. Tous rêvent du succès. Face à cette opposition, le pensionnaire de Christian Bigeon s'est placé mais n'a jamais vaincu. En forme, il devrait néanmoins pouvoir tirer son épingle du jeu. Sa bravoure et sa forme actuelle seront deux atouts non négligeables.

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de serg29
  • : Analyse du Q+, et les chevaux repérés pour la journée ( aucun copier/coller ). Tout connaître sur les courses : le B.A.-BA, les infos et articles hippiques sélectionnés...
  • Contact

Visites

Recherche

Pages